Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Mars 2007

LE SUD-EST DE MARRAKECH, MAROC DU 1er AU 12 MARS 2007

Pour ceux qui seraient intéressés, je tiens à leur disposition un rapport de voyage complet, en format pdf, alliant intérêts touristiques et ornithologiques de la région en question ; me faire la demande par mail (
busard.st-martin@hotmail.fr

Je ne vous montre ici que les photos d'oiseaux, puisqu c'est le thème de ce blog...

1ers jours : Marrakech !

à peu près les 3 seules (plus quelques autres quand même !) espèces d'oiseaux que l'on peut voir 'down town'… Egalement beaucoup de Cigognes blanches, et un Aigle botté au dessus de la Koutoubia !

Bruant-striol---Mkch-0307a.jpgBruant striolé
Bulbul-des-jardins-Mkch-0307a.jpgBulbul des jardins
Martinet-des-maisons--Mkch-0307a.jpgMartinet des maisons

Dimanche 4 mars : départ de Marrakech vers Aït Benhaddou, en passant par la route de Tizi-n-Tichka

On commence par la lente et difficile montée vers le Col de Tizi-n-Tichka (plus haut col praticable du pays, à 2.260m)...
 
Pas beaucoup d'oiseaux durant cette longue ascension sans beaucoup de pause : la seule Buse Féroce du voyage (si j'avais su... je me serais arrêté !) passe doucement à très basse altitude au dessus de la voiture 15' après notre départ !
 
C'est après le col que les choses sérieuses vont commencer au niveau ornitho ;o)
Après avoir passé la col, la descente est toute douce à travers différents hauts plateaux, vers Ouarzazate, région la plus arrosé du Maroc fin décembre 2006, donc étonnamment colorée par les herbes folles et les fleurs de désert !
 
Les oiseaux commencent à apparaître... ;o)

La route descendant du col de Tizi-n-Tichka vers Ouarzazate (que nous quitteront peu avant cette ville pour remonter vers Aït Benhaddou) voit apparaître les premiers Traquets, Rieur et à Tête blanche, qui seront présents tout au long de la semaine !
 
Je vous mets ici mes premières photos de Traquet Rieur et à Tête Blanche

Traquet-rieur-Tizi-n-Tichka-0307a.jpgTraquet rieur
Traquet----t--te-blanche-Tizi-n-Tichka-0307c.jpgTraquet à tête blanche

Toujours sur cette même route, un autre Traquet à tête blanche, un Cochevis de Thékla (plusieurs présents, avec bonne observation du dessous de l'aile et du croupion, et la mandibule inférieure bien convexe) et une femelle de Monticole bleu...
 
Autre espèce observé sur cette route : des bandes incroyable de Roselins githagines partout, qui passe leur temps à foncer devant les pare-chocs de la bagnole !!!
Mais pas pu faire de photos de cette espèce à cet endroit, ça viendra rapidement après ;o)

Cochevis-de-Th--kla-Tizi-n-Tichka-0307a.jpgCochevis du Thékla

Après avoir quitté la route reliant Marrakech à Ouarzazate, peu avant d'arriver à cette dernière, nous nous sommes dirigés vers Aït Benhaddou pour y faire escale...
Sur cette petite route magnifique, mon attention est soudain attiré par un oiseau que je trouve assez massif, posé sur un monticule de terre, à 4-5 mètres du bord de la route ; je stoppe la voiture, pointe mes jumelles, et j'ai à peine le temps de bien voir un beau mâle de Roselin à ailes roses (!!!) qu'il disparaît pendant que je récupère l'appareil photo sur la banquette arrière... Malgré 15' de recherche, je ne le retrouverais jamais, ni ce jour, ni pendant la suite du voyage... Cette espèce fera partie des rares coches que je n'aurais pas pu immortaliser sur SD Card :o(( Mais quel bel oiseau par contre !!!
 
Un peu plus loin, j'aurais le droit à un véritable festival d'une joyeuse bande de Roselins githagines, de tout plumage, dont voici un tout petit extrait ;o)

Roselin-githagine-A--t-Benhaddou-0307a.jpgRoselin githagine

Lundi 5 mars : direction la Vallée du Dadès, puis les gorges du Todgha…   

… pour une dernière étape avant le VRAI désert, et ses dunes de sable ;o)
La veille, en se promenant en bordure de la palmeraie, sur une partie plane et aride, j'avais vu 2 Pipits rousselines ; et dans la palmeraie, j'avais vu mes premières Tourterelles maillées, oiseau très farouche qui me sera plus tard très difficile à immortaliser sur SD Card ! 
En partant, un beau mâle de Monticole bleu me fait le plaisir de poser en exclusivité ;o))
Les paysages continuent de défiler, les biotopes d'évoluer, les villages traversés de nous émerveiller... cette route est un paradis pour les Traquets comme vous allez le constatez un peu plus loin...

Monticole-bleu-Tizi-n-Tichka-0307b.jpgMonticole bleu

Traquets de la Vallée du Dadès

Dans cette vallée, je verrais dans la même journée toutes les espèces de Traquets visibles au Maroc ! Je ne mets pas ici toutes les photos, mais elles figurent toutes sur le rapport complet pdf disponible sur demande (voir en haut de l'article...) : Traquet du désert, Traquet Deui
l, Traquet à tête grise, Motteux, Oreillard, Rieur, et Tête blanche !!!

Un beau Milan noir se laisse admirer au dessus de la voiture...

Milan-noir-Dad--s-0307b.jpgMilan noir

Merzouga...  
 
Sans doute ce nom n'évoque rien pour vous, et pourtant ce fût l'apogée de notre voyage, en grande partie grâce au fait que nous étions en dehors de la période touristique et étions parmi les rares touristes sur place, malgré un grand soleil et des températures supérieures à 35°C...
 
Merzouga est le village (en fait un groupe de petit village) au pied de l'Erg Chebbi, un erg de 27 x 7 kms avec des dunes impressionnantes qui changent de couleurs en fonction de la lumière du jour (lever et coucher de soleil grandioses !)
 
Vers 17h les premières caravanes de Dromadaires quittent le village pour aller bivouaquer pour la nuit dans les dunes sous une tente berbère ; nous, on a choisi de dormir en chambre d'hôte (SUPERBE d'ailleurs !) le premier soir et de partir seul avec notre chamelier et 2 dromadaires, le lendemain en début d'après-midi, afin de profiter pleinement du coucher de soleil une fois installés au campement (habituellement le coucher de soleil a lieu en chemin et donc si vous êtes au creux d'une dune vous ne voyez rien...) et surtout de profiter à deux de l'expérience de la nuit en plein désert sans être dérangés par d'autres touristes... ;o) Un grand moment que je vous fait partager un peu plus loin...
 
Au pied des dunes, la Palmeraie, fraîche et riche de fruits, de légumes et de fleurs en tout genre... Les femmes berbères y travaillent sans relâche et même si elles ne parlent pas français, elles auront su nous montrer comment opère la magie de l'irrigation d'une palmeraie !
 
Ce premier soir, je pourrais observer quelques groupes de Huppes voler de palmier en palmier, quelques Tourterelles maillées, quelques Traquets à tête blanche omniprésents, des Bruants striolés, des Bulbuls... Mais les meilleures obs et photos attendront la journée suivante !

Mercredi 7 mars : Merzouga tôt le matin...
 
Lever tôt ce matin, pour profiter de la palmeraie et de la lumière douce... Quelques surprises m'attendent, d'une Huppe un peu moins farouche que ses copines, à une Pie-grièche à tête rousse un peu précoce, en passant par LA coche de ce début de journée : 2 Cratéropes fauves qui me font leur manège sans trop se soucier de ma présence !

Huppe-fasci--e-Merzouga-0307a.jpgHuppe fasciée
PG--TR-Merzouga-0307a.jpgPie-grièche à tête rousse
Crat--rope-fauve-merzouga-0307a.jpgCratérope fauve

Lac de Merzouga, après le petit déj' (dé-li-cieux d'ailleurs !)
A peine remis de cette superbe observation de Cratérope, et après un exquis petit déjeuner préparé par Aïcha, la femme de notre hôte Lahcen, nous allons faire un petit tour au lac de Merzouga, qui est à nouveau en eau, après quelques années à sec, suite aux inondations (!) de la région il y a un an...
 
Quand il est en eau, ce lac est réputé comme excellente halte migratoire pour les Flamands roses et Cigogne...
 
Je n'y verrai aucun Flamand, mais bien une centaine de Cigogne de l'autre côté du lac... Ainsi que quelques Tadornes casarca, pas mal de Foulques (macroules :-( ), j'y verrais 2 Alouettes bilophes, mais qui ne se laisseront pas approcher pour la photo :-(, quelques Echasses et... 1 couple de Sarcelles marbrées
Le lac est immense, et entouré d'une grande plaine sans arbre, rendant impossible l'approche des oiseaux...

Les dunes de Merzouga  
 
Nous voilà donc partis, avec Htô et Hmô nos 2 dromadaires et Barak (qui veut dire chance, et ça se vérifiera peu après !) pour passer une nuit en plein désert sous une tente berbère !
Un moment inoubliable et d'une poésie absolue !!!
Des paysages et des couleurs à couper le souffle, et à oublier tous les tracas de notre vie moderne...
 
Arrivée au campement, à peine descendus des dromadaires, qu'un couple de Moineaux blancs montrent sa présence au cœur du bivouac !!!
Mais les photos attendront le lendemain matin, la lumière commence à faiblir fortement !
Pendant qu'on boit un thé à la menthe, une Fauvette passerinette (!!) se montrera brièvement dans le buisson du campement !!! Mais le temps de prendre l'APN (malgré la lumière...) et elle a disparue définitivement :o(
 
Puis, on monte sur la 'grande dune' admirer un coucher de soleil d'une beauté rare...
Après une bonne nuit sous la couverture en laine de dromadaire, sous la tente berbère en laine de... dromadaire, nous nous levons à 6h du matin pour admirer un somptueux lever de soleil.
 
Le petit déj' attendra le retour à l'auberge, et après les quelques photos faites des Moineaux blancs, il est temps de préparer Htô et Hmô, et de quitter le campement pour retourner vers le village, d'autant qu'une légère brise commence à se lever, et que Barak notre chamelier, après avoir étudié le sens du vent, nous annonce l'imminence d'une tempête de sable !!! Qui débutera vraiment 2h plus tard, lors de notre départ du village ! Vraiment impressionnant d'ailleurs, un vrai brouillard de sable, on ne voyait pas à 20m !!!

Moineau-blanc-Merzouga-0307a.jpgMoineaux blancs (femelle)
Moineau-blanc-Merzouga-0307b.jpgMoineaux blancs (mâle)

Puis, après un déli-copieux petit déj' (pléonasme au Maroc !) à l’Auberge Maison Merzouga GuestHouse, et sous une tempête de sable (le temps de rentrer dans la voiture, et il y avait 2mm de sable au plancher !), nous quittons à regret Merzouga, ses paysages de dunes grandioses, sa palmeraie fraîche et verte, et surtout ses habitants d'une gentillesse absolue et très philosophe...
 
15' après, alors que la tempête de sable commence à s'amenuiser, je vois un oiseau sur le bord de la route que je n'avais pas su immortaliser à l'aller... Malgré les fortes bourrasques de vent, je décide de quand même tenter le coup avec mon monopode ! Je crois que mon boîtier en a pris un coup en terme de sable :o(
 
Par contre, j'ai eu beau essayer de le mitrailler lors de ses multiples sauts de cabri caractéristiques, je n'ai jamais réussi à photographier le Sirli du désert les ailes ouvertes...

Sirli-du-d--sert-Merzouga-0307a.jpgSirli du désert

Les oiseaux du sud du Jbel Ougnat et du Jbel Sarhro...  
Beaucoup de PG grise et à tête rousse le long de cette route, mais comme je vous ai déjà montré la PGàTR de Merzouga et que je n'ai pas fait mieux ensuite, je vous mets la PG grise (malheureusement pas la ssp algeriensis... Mais la meridionalis.
 
Sur cette route, je verrais encore quelques farouches Alouettes calandrelles et Ammomanes élégantes, mais sans pouvoir en faire de photos acceptables... Des Traquets à tête blanche à la pelle, des Bulbuls, une Fauvette à tête noire, des Tourterelles maillées... et... une Fauvette de l'Atlas dont je n'arriverais pas à faire de portrait convaincant (j'ai 2-3 photos très mauvaises pour ceux qui veulent... sur lesquelles on voit très légèrement la gorge chamois rosé du mâle intern. ou femelle... mais pas bien le pattern des ailes)
 
Et surtout, 2 bandes de 7 et 8 Gangas couronnés, dont la deuxième bande était à 3 mètres de la voiture !!!

PG-grise-Jbel-Ougnat-0307a.jpgPie-grièche grise ssp méridionale

Gangas !
Au loin devant la voiture, je vois un groupe de 'pigeons'... qui ne bougent pas à mon approche...
Ils sont bizarres ces pigeons... Et en plus, si je ne freine pas je vais les écraser !
 
Pu... ! C'est quoi ça ??? Des GANGAS !!! Quelle espèce ? Des couronnés !
 
Bon, calme-toi Grég, apparemment, ils ne vont pas bouger, tu as le temps de démonter ton 18-55 merdique et de mettre ton télé, tranquillement... Le cœur bat, pourvu qu'ils ne se barrent pas, j'aurais la haine !!!
 
Ouf, ils sont toujours là ! Pas de mouvement brusque, ils sont là à 3 mètres de la voiture !
Mais vite, ils commencent à s'éloigner tout doucement, et après une cinquantaine de photos, comme ils commencent à être loin et que je ne veux pas les déranger, on reprend notre route...
 
Voici quelques souvenirs de ce grand grand moment de ma vie d'ornitho ;o))

Gangas-couronn--s-Jbel-Sarhro-0307f.jpgGangas couronnés
Gangas-couronn--s-Jbel-Sarhro-0307c.jpgGangas couronnés

Vu au départ de Temnougalt, 1 Bergeronnette grise ssp subpersonata, et une printanière ssp iberiae

Vendredi 9 mars : retour vers Marrakech  
 
La vallée du Drâa ne nous ayant pas particulièrement emballés (mais tout est bien sur relatif !), nous décidons d'aller flâner un peu dans Ouarzazate, de visiter sa Kasbah et ses souks, puis nous reprenons la route du Tizi-n-Tichka vers Marrakech. Un Faucon lanier fera un passage rapide au dessus de la vallée !
 
On retrouve le même genre de paysage qu'à l'aller, mais avec des lumières différentes...
A l'endroit de la deuxième photo, il y avait quelques hirondelles très loin en contrebas dans les gorges, mais vu la distance et vues par dessus, je n'ai rien su en faire :o((
 
Du matin à notre arrivée le soir dans la Vallée de l'Ourika, aux portes de Marrakech, j'ai vu, entre autres :
 
Traquet du désert, Fauvette à tête noire, Bruant striolé, Bulbul, Ammomane isabelline, Fauvette à lunettes, un mâle de Rougequeue de Moussier fugitivement (malgré 15' de recherche je ne le retrouve pas, donc pas de photos), un Faucon lanier, un très très probable Aigle ravisseur (très très loin au jumelles, en vol plané pendant 30'' puis posé au sommet d'un arbre : ce que j'en ai vu correspond en tout point au plumage du petit dessin du haut des illustrations du Svensson, à cheval sur la ligne séparatrice de l'Aigle des steppes...
Coche bien sûr, mais qui restera virtuelle car je ne peux pas être affirmatif à plus de 99%...), 2 Pinsons des arbres ssp africana, dont le dos jaune vert brillent au soleil sur le bord de la route (pas de photos, je roulais)

Samedi 10 mars : Vallée de l'Ourika  
 
Nous ne nous attardons pas dans la Vallée, qui devait être très agréable à l'origine, mais qui est maintenant "pollué" par les allers et venus incessants de bus de touristes (marocains et étrangers) qui font des excursions sur la journée dans cette vallée qui se trouve à moins d'une heure de Marrakech... Résultat : en plus des bus, les auberges, café, resto, terrasses, magasins de souvenirs (tous avec leur panneaux publicitaires) ont fleuri un peu partout tout au long du parcours :o((
 
Mais comme cette vallée est réputée pour la présence du Rougequeue de Moussier, je roule doucement ;o)
Pas de chance comme la veille, un seul mâle daignera se montrer, et c'est ma femme qui le voit s'envoler d'un câble électrique... Tant mieux pour elle (elle l'a bien vu mais pensait que je l'avais vu) tant pis pour moi :o((
 
Par contre, je trouve 2 femelles que je peux prendre en photo de loin...
Vu également une Mésange bleue ssp ultramarinus, des Tariers pâtre, une superbe Chevêche d’Athéna, un Bruant proyer, des Cochevis, une Fauvette mélano...

La belle surprise de la Vallée de l'Ourika : cette belle Chevêche qui se donne en spectacle ! Ma femme était émerveillée ;o)) Ce fût un autre grand moment !

Chev--che-d-Ath--na-Vall--e-de-l-Ourika-0307c.jpgChevêche d'Athéna

Dimanche 11 et lundi 12 mars : derniers jours à Marrakech 
Place Jeema el Fna de Marrakech : Tous les soirs vers 17h arrivent subitement des dizaines de carrioles, et 1h30 après, tout est prêt pour accueillir des milliers de ventres affamés, avec tables, bancs, braséros, électricité, etc. Et le matin, dès 8h, il n'y a plus rien, on n'en voit plus la trace... L'espace est à nouveau laissé aux charmeurs de serpents, aux tatoueuses de henné, etc. C'est tout bonnement impressionnant et c'est comme ça tous les jours, 7J/7 !!!

Et pour finir (car il faut bien finir un jour...), nous avons visité le Souk des Epices, dans le quartier de la Mellah, l'ancien quartier juif de Marrakech, également réputé pour sa Place des Ferblantiers, où quelques artisans font preuve d'une adresse incroyable pour marteler, percer, cisailler, former, souder, etc. des plaques de cuivre, de fer blanc, d'étain, etc. pour en faire des lampes, miroirs et plats superbes...

Merci de votre attention, et je reste à votre disposition si vous voulez quelques adresses de chambres d’hôtes, quelques tuyaux sur notre voyage, etc.

Grégory Lepoutre (
busard.st-martin@hotmail.fr)